Forum RPG sur la Mikagura School Suite.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 akama yuto ▬ a lethargic coup d'etat { 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akama Yuto

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 29/12/2014

MessageSujet: akama yuto ▬ a lethargic coup d'etat { 100%   Lun 29 Déc - 20:36





Akama Yuto
i'll deceive even myself
smile, smile !



▬ Nom: Akama
▬ Prénom: Yuto
▬ Niveau scolaire/âge: Deuxième année
▬ Date de naissance: 9 Juin
▬ Sexe:
▬ Orientation Sexuelle: Pansexuel
▬ Club: Club de Théâtre
▬ Pouvoir: Coup d'Etat Faker
▬ Description du pouvoir: Rend le possesseur rapide et quasi impossible à toucher, se servant d'une grande faux pour briser les sphères adverses. Cependant, la fatigue le gagne si le combat perdure (+ de 20-25 minutes), ralentissant considérablement ses mouvements.



maintening this shadow
histoire



Ah, c'est stupide comme ton histoire est banale et pourtant, a réussi à mal tourner.

Yuto, tu es né dans une famille très convenable, vous étiez quatre. Ton père, ta mère, ton frère et toi. Jusque-là tout va bien, seulement, quelque chose semblait déranger, chez toi. Tu ne semblais pas être le genre d'enfant à courir partout, à jouer avec tout et n'importe quoi et à sauter dans les bras de tes parents. Non, tu étais beaucoup plus calme, passif, tu regardais les gens faire et ne parlais pas vraiment, ou un peu. Ta froideur semblait inquiéter ton entourage, alors que tu essayais de les rassurer en leur disant mille fois que tu allais très bien, que tu n'étais pas malheureux, mais c'était seulement ta manière d'être. Pourquoi avaient-ils autant de mal à l'accepter ? Est-ce que ton frère était mieux que toi ? Tu ne comprenais pas encore l'enjeu que pouvait avoir ta personnalité sur le choix de tes parents. Mais ne nous pressons pas.

À l'école, tu n'arrivais pas vraiment à former de forts liens avec tes camarades, alors ta console te tenait compagnie. Pourtant, ça ne semblait pas vraiment te déranger, sur le moment. Tes parents te disaient sans cesse d'aller vers les autres pour être plus heureux, mais pourquoi faire une chose pareille alors que tu l'étais déjà ? Le sourire de ton frère te suffisait amplement pour te sentir bien. C'était peu, mais tu ne voulais pas demander plus. À quoi bon déranger les autres alors que tu vivais parfaitement bien ainsi ? Ça te semblait futile, alors tu gardais le silence, n'appliquant que très peu les conseils de sociabilisation de tes parents.

Seulement voilà, plus les jours passaient, moins tes parents semblaient être ... En accord ? Ils se criaient souvent dessus, ce qui fait que ton jeune frère venait se réfugier dans ton lit, entouré par tes bras protecteurs, effrayés par les insultes lancées à tout va. Ces nuits devenaient de plus en plus fréquentes, tandis que ton frère savait que quelque chose n'allait pas, tu redoutais le pire. Si vos parents n'étaient plus ensembles, qu'alliez-vous devenir ? Est-ce que vous alliez être séparés ? Peut-être que vous n'alliez plus revoir l'un de vos deux parents ? Des milliers de scénarios fusaient dans ta tête alors que le petit corps du cadet tremblait dans tes bras, te transmettant ainsi toute sa crainte. Ce que tu trouvais le plus horrible, c'est qu'ils faisaient comme si de rien n'était devant vous deux, comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes. Mais non, vous étiez persuadés du contraire. Seulement, vous n'étiez que des enfants, vous vous êtes tus pour ne pas envenimer la situation. Ainsi, tout continua sans que personne ne dise rien à propos de ces disputes. De temps en temps, tu entendais ta mère pleurer derrière la porte de la chambre, se lamentant pendant de longues minutes. Est-ce que votre famille allait se briser comme celles des films ? Tu ne croyais pas si bien penser.

Ce fut quand tu atteignis tes douze ans que tout s'écroula. Un divorce. Le choc te fit rester bouche bée alors que ton petit frère se mit à pleurer à chaudes larmes. Comment ? Pourquoi ? Avaient-ils vraiment réfléchit à toutes les solutions avant de décider ? Ta position d'enfant ne te donnait aucun droit d'intervenir, alors tu les regardais dans le blanc des yeux, comme si tu attendais que l'on te réveille pour te sortir de ce cauchemar. Malheureusement, tout ça était bien réel, et ta mère fit ses cartons. Ce que tu ne compris qu'à la fin, c'est qu'elle amenait ton frère avec elle. Et toi ? Laisser derrière, par une mère qui t'avait abandonné, car elle ne voulait pas de toi, à ce que tu avais compris par ce geste, gardé par un père qui ne faisait pas vraiment attention à toi. Les premières semaines, tu avais pleuré à chaudes larmes, mais tu finis par te faire une raison. Votre vie avait basculé, il fallait que tu t'y adaptes. C'était dur de supporter l'absence d'une mère et celle d'un frère dont tu étais proche. Il était temps de reprendre un rythme de vie. C'est à partir de ce moment-là que tu commenças à changer. Te pensant mal-aimé par ta mère à cause de ta difficulté à exprimer tes sentiments, tu te risquas à appuyer sur le bouton 'RESET' niveau personnalité. Tu te mis alors à imiter ton frère, souriant, joyeux, aimé par tous, même si, au collège, un de tes camarades te rappelait cette personne qui te manquait tant. Et tu le détestais pour ça, malgré le fait qu'il ne t'avait rien fait.
Ton père étant assez absorbé par le travail, c'est toi qui fit les démarches pour trouver un lycée, si possible loin de tout ça, pour essayer d'oublier.

Parcourant les broches une à une, ce fut Mikagura qui attira ton attention. Assez loin, avec des clubs exclusivement culturels – petit particularité qui te fit sourire, tu optas pour cet endroit. Ça ne semblait faire ni chaud ni froid à ton père, tant que tu travaillais et faisais des études, comme il disait. Le jour du test d'admission, tu pensais sérieusement à une blague. Des additions, partout. Bien sûr, tu les fis sans broncher, mais tu te disais sans cesse qu'il y avait un piège. C'était obligé. La seconde épreuve fut encore plus étrange. Une salle vide. Je me suis sûrement trompé d'endroit, était la phrase que tu t'étais le plus répété. Surtout en voyant un chat voler. Et parler. T'avais regardé mille fois autour de toi pour bien voir que tu ne rêvais pas, jusqu'à bien assimiler que tout ceci était réel, et que, en plus de ça, tu étais admis à Mikagura. Beaucoup trop de choses étranges en une journée.

Par la suite, tout s'enchaîna très vite. On t'apprit le système de combat et de points, ce qui t'amena à rejoindre le club de théâtre, faisant ainsi la connaissance de Nyamirin dont tu devins vite proche, ainsi que celle des autres membres. Vous avez finalement fini par former une sorte de grande famille. C'est au fur et à mesure des combats que votre groupe put atteindre un niveau convenable de confort. Et ... Quoi de mieux que le club de théâtre pour perfectionner ton masque ?



sensing a faint noise
physique



À première vue, t'avais l'air d'un enfant. Enfin, d'un grand enfant. Du haut de ton mètre soixante et un, tu n'impressionnais pas vraiment ton entourage. Tu étais même relativement petit par rapport a certains d'entre eux, qui n'hésitaient pas vraiment à te le rappeler. La taille mise de côté – malgré le fait que tu reviennes parfois dessus, tu ne te démarquais pas vraiment des autres – enfin si, tout est relatif vu que tout le monde se démarque a Mikagura. Tes fins et courts cheveux châtains clairs cachaient ton œil gauche, n'hésitant pas à le découvrir au moindre coup de vent. D'ailleurs, la couleur de tes iris contrastait pas mal avec ceux de tes cheveux, brillants d'un éclat argenté qui se remarquait plutôt rapidement, surtout quand ils pétillaient joyeusement. Pourtant, ton teint pâle et légèrement maladif s'opposait complètement à l'énergie dont tu faisais preuve la plupart du temps, ton visage était souriant et émotif la plupart du temps. Mais comme tout le monde, il t'arrivait d'avoir des passages à vide, où, pendant quelques secondes, ton sourire disparaissait, comme ça, d'un coup.

À l'instar de l'uniforme d'hiver du lycée, tu portais sans arrêt une veste à capuche accompagnée d'un t-shirt noir, un jean noir bordé de blanc et des bottes marron. Et, en tant que membre du club théâtre, tu avais aussi un motif rappelant ton animal préféré – même si, en réalité, tu les aimais tous sans exception.À l'instar de l'uniforme d'hiver du lycée, tu portais sans arrêt une veste à capuche accompagnée d'un t-shirt noir, un jean noir bordé de blanc et des bottes marron. c'était en quelque sorte ta marque de fabrique. Enfin, il y avait bien des jours où tu le laissais de côté, dans ce cas-là, tu avais une barrette assez longue pour retenir les mèches qui te tombaient devant les yeux.

D'apparence, tu n'étais pas bien imposant, pourtant, tu étais rapide et athlétique, donc plutôt musclé, même si ta masse de vêtements le cachait plus ou moins. Pratique pour manier ta faux qui tu manipulais comme un bout de bois, comme si ça paraissait extrêmement simple – bien qu'il t'ait fallu du temps et de l'entraînement pour en arriver à cette maîtrise, dont tu ne préfère pas te rappeler. Dans tous les cas, être petit et rapide, c'était pour toi la combinaison parfaite pour se faufiler n'importe où et aller taquiner les gens sans qu'il ne te voie.

Quant à ta démarche, elle était plutôt ... Féline ? Ça dépendait vraiment du moment, en fait. Mais généralement, tu te mouvais facilement dans l'espace, tu sautais un peu partout, grimpais où bon te semblait et tu ne redoutais que peu les blessures que tu pouvais te faire, un peu casse-cou. Évidemment, il t'arrivait de traîner le pas, mais d'un air assez nonchalant. Une démarche quelque peu enfantine, en somme.



i've polished my flawless mask perfectly, right ?
mental



Yuto, t'es une de ces personnes dont on croit saisir de suite le mode de fonctionnement. Peut-être est-ce ton sourire constant qui donne cette impression ? Ah, c'est une manie chez toi, de sourire. Un automatisme qui t'as sauvé bien des fois, mais qui te ronge un peu plus à chaque instant. Mais tu t'en rends bien compte, c'est ça le pire. Tu ne trouves pas autre solution que de sourire pour y échapper, et ne pas revivre une nouvelle fois cet enfer

En effet, un sourire peut en cacher un autre, comme on dit, mais en réalité, il cache un nombre incalculable de choses. Tu ne le savais que trop bien, parce que tu étais une de ces victimes, qui s'obligeait à sourire pour rassurer les autres, à porter un masque sans arrêt, à jouer un rôle que tu avais perfectionner si bien que, t'espérais pouvoir toi aussi, y croire un jour, en ce sourire. Mais non. Jamais. Il y avait toujours quelque chose pour te ramener sur terre. Pourtant, tu n'étais pas méchant, Yuto, tu voulais seulement aider tes prochains, quelque peu farceur et taquin, tu étais le premier à accepter de faire une farce à un de partenaire de club et surtout à Eruna, qui te le rendait bien, la plupart du temps. Plutôt ouvert d'esprit et énergique, tu désirais réellement que les gens comptent sur toi. Déjà, tu faisais office de "papa" dans ta troupe. Vous formiez une grande famille et tu les adorais, vraiment. En tant que ace de ton club, tu te devais de prendre soin d'eux, et malgré ta façade, tu prenais ton rôle au sérieux. Tu espérais seulement qu'il ne la voyait pas, cette facette que tu dissimulais. Tu voulais paraître débrouillard, voir cool à leurs yeux, pour éviter que l'on te voit à nouveau comme quelqu'un à mettre de côté, quelqu'un d'inutile. T'avais tellement peur.

Parce qu'en réalité, Yuto, t'étais pas aussi fort que tu le laissais paraître. Tu pensais toujours aux pires scénarios, tout bas, mais tu énonçais les meilleures tout haut, effrayé de te faire briser à nouveau. Tu étais vraiment trop faible quand il fallait faire face au passé, et c'est ce que tu détestais chez toi. Incapable de réellement tourner la page, tu te noyais dans l'image idéal que tu avais créé, soit, la copie conforme de ton frère. Ce n'était pas toi. Non. Mais tu était tétanisé à l'idée que l'on te rejette si le garçon pessimiste, faible, facilement atteignable et menteur se réveillait. Menteur, car oui, tu leur mentais à tous, mais surtout, tu te mentais à toi-même. T'arrivais pas à accepter tes faiblesses, alors tu les rejetais, tout simplement, malgré le fait qu'elles revenaient toujours rapidement. Il y avait pourtant quelques moments où tu ne supportais pas ce masque et le laissais finalement tomber. C'était bien évidemment quand tu étais seul. C'était comme une libération, ce genre de moments.

Pourtant, à bien y regarder, tu n'étais pas du tout le même en combat. Du tout. Ton regard se faisait plus agressif, ton sourire était bien plus inquiétant que d'ordinaire – qui était innocent ou malicieux la plupart du temps. C'est comme si c'était devenu ton échappatoire. T'y prenais plaisir au début, tu t'amusais souvent lors de ces combats, mais plus ils devenaient sérieux, plus toi aussi tu l'étais. Logique non ? Mais plus tu devenais sérieux, plus ta réelle personne se montrait. Malgré ça, tu faisais tout pour te reprendre, sans que ça paraisse trop "jouer".

Gérer un masque était compliqué, n'est-ce pas ? T'en souffrait, t'aimais pas ça, mais la peur et l'angoisse te poussait à continuer. Ceci expliqué, (bonjour, je suis une transition), il y avait tout de même des choses que tu ne cachais pas. T'adorais embêter Eruna ou Goruna de son surnom que tu avais trouvé sur un coup de tête. D'ailleurs, donner des surnoms aux gens étaient une des choses que tu faisais le mieux, ça te permettait d'en embêter certains, en évitant de surnommer tes aînés. Les jeux vidéos t'attiraient pas mal aussi, surtout les shoot'em game, mais généralement tu le gardais pour toi, c'était trop gênant à avouer. Pourquoi ? T'avais pas envie qu'on te traite de petit ou de gosse, voilà tout.

Yuto, tu es complexe, vraiment. Tu attends quelqu'un qui, tu espères, sauras voir au-delà des apparences pour t'apprécier tel que tu es... Peut-être est-ce même déjà fait sans que tu ne le saches ?



behind the screen


▬ Pseudo: Soda
▬ Âge: 16 ans
▬ Genre: hehe-
▬ Comment as-tu découvert le forum? spammage en puissance
▬ Tu le trouves comment? ASUHIIIIIIIIII QWQ
▬ Doubles comptes: nope.
▬ Avatar/Faceclaim: akama yuto | Mikagura School Suite
▬ Autres: nomnomnomnom, j'espère avoir bien saisi le caractère de yuto, i'm sorry ;;;;;
▬ Code: *alys nomnom le code à la bourre*  


(c) MEI SUR APPLE SPRING

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alys von Einzbern
Admin
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 21/08/2014
Localisation : Qu'est-ce que je fous à New York moi

MessageSujet: Re: akama yuto ▬ a lethargic coup d'etat { 100%   Lun 29 Déc - 22:02

Ruru, je te nem.

Non sérieusement je trouve ta fiche superbe, et que tu as bien réussi à cerner le perso et tout. Je veux dire, c'est un prédef donc y'a pas toujours pleins de choses à dire, mais bref je me répète j'aime cette fiche. Donc je te valide (enfin Nagisa), premier membre du Club de Théêtre, paillettes sur toi et clapclap.

_________________

#669900 - bless Kae d'amur pour ce trop beau vava
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mikagurarpg.forumactif.org
 
akama yuto ▬ a lethargic coup d'etat { 100%
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» referendum:CIA vs VENEZUELA,COUP D'ETAT EN PREPARATION
» [Guerre civile] Coup d'Etat en Corée du Nord [√]
» Coup d’État en Haïti « revisité
» Zimbabwe-Mugabe : La Nécessité d’un Coup d’état
» le coup d'état permanent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mikagura School Suite RPG ::  :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: