Forum RPG sur la Mikagura School Suite.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 it's not like they care. ••• kiyomori shizuka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kiyomori Shizuka

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 27/08/2014
Age : 20
Localisation : porté disparu.

MessageSujet: it's not like they care. ••• kiyomori shizuka   Jeu 28 Aoû - 11:13





shizuka kiyomori
conceal, don't feel, don't let them
know





▬ Nom: Kiyomori (清盛, qui cache le feu)
▬ Prénom: Shizuka (静, calme)
▬ Âge: 17 ans, deuxième année.
▬ Date de naissance: 30 juin
▬ Sexe: Mâle
▬ Orientation Sexuelle: Pansexuel
▬ Club: Club d'astronomie
▬ Pouvoir: Compressing Killer
▬ Description du pouvoir: Shizuka peut briser les sphères des adversaires en les compressant dans des bulles qu'il souffle dans des tubes à bulle. Cependant, comme Shizuka n'est pas très précis, il n'a que 20% de chance d'y arriver du premier coup.
▬ CV: Toyonaga Toshiyuki



TAIS TOI ET SUBIT, MÊME SI C'EST DOULOUREUX A SUPPORTER.
histoire



「 N'en parle à personne. 」
Shizuka a six ans. Shizuka est un enfant, Shizuka est innocent. Shizuka vient d'une famille aisée, Shizuka aime son père plus que tout, et son père aime Shizuka plus que tout au monde, étant l'aîné de trois enfants. Shizuka est gâté, Shizuka est aimé, Shizuka est jalousé. Mais Shizuka n'est pas heureux. Shizuka est payé pour rester silencieux. Shizuka sait très bien que son père le déteste. Du moins, c'est ce qu'il pense. Quand Shizuka est tout seul avec son père, il l'ignore, il lui dit qu'il s'en fiche, il ne fait que blesser Shizuka, que ce soit physiquement ou mentalement. Mais dès que les autres sont là, il le gâte, il lui achète tout ce qu'il veut. Il achète son silence, et Shizuka le sait. Et Shizuka pleure, quand il est tout seul. Shizuka sait qu'il se fera tuer s'il se plaint. Shizuka ne peut même pas le dire à ses amis à l'école, il n'en a pas. Parce que Shizuka sait que son père le déteste, il pense que si même son père ne l'aime pas, il doit être la pire personne du monde. Alors Shizuka n'approche personne, il est froid avec tout le monde qui essaie de l'approcher et devient méchant, détestable. On parle dans son dos, on lance des rumeurs et on l'ignore. Shizuka est seul face au monde, et il en a peur.

Shizuka passe sa vie seul, dans la peur d'un jour avoir les bras trop bleu pour pouvoir les cacher, d'être trop détruit mentalement pour avoir la force de se retenir. Shizuka est muet, Shizuka est déprimé, mais ne le dit pas. Shizuka n'a pas le courage de dire quoique soit, alors Shizuka passe pour un fou. Shizuka passe pour un « schizophrène », un possédé, un érudit, un aliéné. Shizuka rentre au collège, il est timide, frêle et sans amis. Shizuka a des tendances agressives parce qu'il a peur d'approcher les gens et de se faire toucher. Shizuka ne connaît qu'une personne, c'est son professeur de japonais.

Shizuka est distant mais son professeur - Ryu Amakawa, après quelques mois à percer sa coquille, à bien remarqué que quelque chose n'allait pas. Et même si Shizuka est silencieux sur ce sujet, il n'est pas rare de voir Shizuka et son professeur discuter ensemble après les cours, parfois même après les cours. Amakawa était la seule personne avec qui Shizuka n'avait pas peur de discuter, avec qu'il ne restait pas plongé dans son mutisme. Tout deux parlaient de tout et de rien, de livres, d'astronomie, des nouveautés. Parfois, de Shizuka. Mais Shizuka ne parle pas de lui, il ne précise jamais. Shizuka se contente d'un « Shizuka est Shizuka. ». Jamais vous ne le verrez élaborer plus, et pourtant. Il fallut bien, lorsque Amakawa convoqua ses parents. C'était vraiment méchant, Shizuka le détesta pendant un bon moment mais il n'osa pas le cacher à ses parents - à son père particulièrement. Lorsque son père lui demanda la raison de cette convocation, Shizuka répondit qu'il n'en savait rien - et c'était bien vrai! Il avait répondu un simple « Ah. », mais dans son regard, Shizuka avait bien vu qu'il allait se faire tuer dès qu'ils se retrouveraient seuls. Ce fut le cas, ou presque.

« Je ne te frappe pas au visage pour que personne ne le remarque. »

Le jour où les parents de Shizuka et son professeur se rencontra, ce fut une épreuve très dure. Shizuka a préféré l'oublier, mais dès qu'il rêvasse, dort, réfléchir où pleure en pensant à ses parents; ça revient, et c'est toujours comme ça.

Amakawa les acceuille chaleureusement, c'était dans sa nature, le professeur était quelqu'un de très doux. Jamais une parole agressive, jamais de méchanceté, rien. Et c'était pourquoi Shizuka l'adorait. Evidemment, le père de Shizuka ne tardit pas à montrer une lueur d'agressivité dans ses yeux, comme à son habitude. Shizuka, lui, se montrait plus triste, plus écrasé qu'il se montrait d'habitude envers l'adulte. Et c'était bien quelque chose de trop flagrant aux yeux du fonctionnaire, qui fit une mine plus triste en le remarquant. Mais Shizuka lui sourit faiblement, transmettant via la pensée un « Shizuka va bien. » alors que ce n'est évidemment pas le cas. Son père se pose agressivement (toujours) sur la chaise lui étant réservée. Amakawa exprime très brièvement la situation, un air pacifique, calme et agréable que le père de Shizuka ne semble pas apprécier sur son visage.

« Votre fils, Shizuka, a de très bons résultats, ne vous inquiétez pas. Il y a cependant un problème évidant avec votre enfant, c'est sa timidité, qui le plonge dans un mutisme évidant. Vous, en tant que parents, vous ne l'avez jamais remarqué? »

Amakawa prend un air grave, mais sourit à Shizuka quand il pose ses yeux sur son visage grimacé par la peur. Son père le regarde comme il le regarde quand ils sont en présence d'autres gens, et les larmes montent un peu aux yeux de Shizuka. Shizuka est terrorisé. Shizuka ne veut pas rentrer chez lui, et ça se voit. Amakawa l'a bien deviné. Son père nie être au courant de quoique soit, qu'il est de toute façon pareil à la maison et que ce n'est que dans sa nature. Mais c'est faux. Shizuka était joyeux, avant. Shizuka riait, pleurait, il y a bien longtemps. Sa véritable nature, son père l'a détruite, elle est en milliers de morceaux, sous les pieds de Shizuka. Et il marche dessus, et ça le transperce comme s'il marchait sur du verre brisé. Ça le paralyse, comme s'il avait attrapé le tétanos. Et ça le tue, parce qu'il a trop saigné. Shizuka reste silencieux pendant que les deux hommes débattent sur lui. Shizuka réfléchit. Shizuka réfléchit sur son père. Sur Amakawa. Sur comment est-ce que tout cela allait finir. Puis Shizuka se met à pleurer. Devant son père. Devant son professeur. Shizuka n'arrive pas à se retenir, il doit juste pleurer. Parce que Shizuka est triste. Shizuka a peur. Shizuka est déprimé. Et ça choque les deux adultes. Sa mère prend Shizuka dans ses bras, parce que c'est sa mère, elle a quand même un instinct maternel. Elle lui demande à Shizuka ce qui ne va pas, mais Shizuka ne sait pas quoi répondre. Parce que son père le fixe. Et ça ne fait que le faire pleurer encore plus. Alors Shizuka pleure, pleure. Et les trois adultes sont impuissants. Amakawa préfère en rester là, visiblement le cœur déchiré de voir un enfant dans un tel état. C'est un bon type, Ryu. Shizuka se calme quand il remonte dans la voiture.

Quand les Kiyomori rentrent chez eux, Shizuka reste collé à sa mère. Il ne la quitte pas. Il a trop peur de rester seul avec son père. Shizuka va mourir ce soir s'il n'y fait rien. Shizuka ne veut pas mourir. Shizuka ne sert à rien mais Shizuka veut continuer à vivre. Shizuka veut découvrir ce que c'est, la liberté. Shizuka reste seul devant le véranda de la cuisine menant dehors. Shizuka ne dormira pas ici ce soir. C'est soit ça, soit il dort pour toujours. Shizuka ouvre la véranda. Shizuka va dehors le plus discrètement qu'il peut. Il escalade le grillage. Shizuka court, court, court. Shizuka ne sait pas où aller, mais il ne reviendra plus jamais chez lui. Shizuka se remet à pleurer, en pensant à son frère, sa soeur, sa mère. Il s'arrête devant une boutique de confiseries, où il s'adosse contre la vitre. Shizuka regrette, tout comme il se sent rassuré de ne plus être sous la menace de son père. Mais Shizuka continue de pleurer. Shizuka est seul face au monde, Shizuka ne sait pas où aller. Puis il se souvient.  

Hoquetant et essoufflé comme il ne l'avait jamais été, Shizuka sort maladroitement son portable et fouille dans ses contacts. Il n'en a pas beaucoup, il a un téléphone juste parce que son père lui en avait acheté un. Pour ne pas qu'il dise quoique soit. Shizuka essuie maladroitement ses larmes, et appelle son professeur, le seul en qu'il avait confiance. C'est con, mais Shizuka lui avait demandé son numéro juste... « au cas où », et il faut croire qu'il avait raison. Il est une heure du matin et il fait froid, mais le seul espoir de Shizuka était dans ce simple appel. Et, comme si Dieu avait décidé pour une fois d'être de son côté, Amakawa répond. « Shizuka...? »

« P-professeur... S-Shizuka... Il a besoin de v-votre aide, je vous en supplie... Il est devant la boutique de bonbons, venez le chercher... »  

Shizuka n'a jamais eue une voix aussi faible et tremblante. Et ça, son professeur l'a bien vu. Il accepte d'un air grave, et raccroche. Shizuka se recroqueville sur lui, n'arrivant pas à s'arrêter de pleurer. C'était treize ans de sa vie où Shizuka n'avait pas pu pleurer qu'il lâcher maintenant. Shizuka repense à tout, il repense à la convocation d'Amakawa, a sa gentillesse, mais il repense aussi à son père, à ses coups, à son regard effrayant. Shizuka repense à sa décision, il se dit que fuguer était peut-être une mauvaise idée au final. Shizuka n'est même pas sûr que Ryu acceptera de le garder. Par pitié, qu'il l'accepte. Shizuka n'entend pas la voiture de l'adulte arriver tellement ses pleurs le rendent sourd. C'est qu'il est vraiment triste, Shizuka. Il ne veut pas mourir, mais s'il se faisait percuter par une voiture, il ne regretterait rien. « Shizuka...? » Il  tapote l'épaule de Shizuka, ce qui le fait sursauter, croyant que son père l'avait retrouvé. Quand Shizuka se rend compte que ce n'est que son sauveur, ses pleurs se font encore plus présent (comme s'ils l'étaient pas assez), et Shizuka se jette sur son professeur.

« Shizuka est désolé... Désolé désolé désolé désolé désolé...
— Tout va bien, on va trouver une solution, je te le promet... »

L'adulte sert Shizuka dans ses bras, qui ne peut pas s'empêcher de pleurer, encore et encore, en voyant la gentillesse du blond. Amakawa le prend sous son épaule et l'emmène dans sa voiture. Encore une fois, Shizuka se calme sur le chemin, fixant les étoiles. C'était silencieux, et le silence le calmait un peu, surtout en bonne compagnie. Lentement, très lentement, ses pleurs s'arrêtent, et ses yeux se font plus lourds à supporter. Il est une heure du matin, après tout. « ... Merci...   » Shizuka murmure.

Lorsqu'ils arrivent, Shizuka est à un stade assez avancé de fatigue pour avoir la tête qui tourne - il ne dort déjà pas beaucoup de base, mais être encore debout à une heure... Shizuka lève les yeux. La demeure de l'adulte n'est pas vraiment des plus remarquables, ça change de la maison de ses parents, vu qu'il vient d'une famille plutôt riche. Mais qu'importe, mieux vaut avoir un toit où vivre plutôt que de traîner dans les rues. Shizuka ne sait même pas s'il va rester, de toute façon. Amakawa ouvre la porte alors que son élève se perd un peu en route, laissant la plupart de sa lucidité sur la route.

« Maintenant qu'on est chez moi, j'espère que tu comptes m'expliquer?
— ... Shizuka a fugué. »

Amakawa écarquilles les yeux, très surpris par la situation - qui ne le serait pas? Qui aurait imaginé qu'un jour, Shizuka, garçon frêle et sans aucune personnalité, fuguerait tel un de ces rebelles?

« Le père de Shizuka... Il le frappait. Mais toujours quand sa mère était pas là. Personne le savait, sauf Shizuka. Et s'il le disait, Shizuka allait se faire tuer. »

Shizuka commence à sangloter. C'était vraiment trop horrible pour lui, de repenser à tout ça. Et ce n'était peut-être pas encore fini.

« E-Et comme Shizuka a pleuré devant son professeur... Son père va le tuer... Shizuka va mourir s'il reste chez lui... »

Et voilà, Shizuka recommence à pleurer. Shizuka est vraiment un pleurnichard, et il le sait. Mais Shizuka ne peut pas s'en empêcher, il a besoin de se lâcher ce soir pour ne plus pleurer.

« Shizuka ne veut pas mourir... Pas tout de suite... (Shizuka relève la tête et regarde son professeur dans ses yeux humides) S'il vous plaît, laissez vivre Shizuka chez vous! »

Comme c'était brusque! Ryu était choqué, et pas qu'un peu. Il réfléchit à la question longtemps, assez longtemps pour que Shizuka puisse sécher ses larmes, encore.

« D'accord. »

Shizuka sursaute. D'accord? C'est tout?

« Mais je veux que tu me promettes d'arrêter de pleurer comme ça. Et surtout, je ne veux pas que tu essaies de te tuer. »

Les yeux de Shizuka se mettent à briller. Il ne s'y attendait pas, c'était si facile! Shizuka était heureux comme il ne l'avait jamais été. C'était la première fois qu'il se sentait aussi content.

« Promis! »

Le temps passe, et aussi incroyable soit-il, Shizuka n'a jamais été retrouvé par son père. Peut-être l'avait-il abandonné pour son petit frère? Ah, Shizuka s'en veut un peu, si c'est le cas. Mais Shizuka était heureux, maintenant que son père avait disparu de sa vie. Désireux de prendre son indépendance pour laisser Ryu tranquille, Shizuka s'inscrit au lycée avec pensionnat le plus proche et le moins cher; le lycée Mikagura. Et à sa grande surprise, le test d'entrée est ridiculement simple. Shizuka le passe donc avec grande facilité. Cependant, la surprise vient lorsque Shizuka rentre le premier jour. Les règles sont simples; il faut gagner des combats pour avoir des points et de procurer du confort. Encore plus étrange, les clubs étaient obligatoire sous peine de renvoi. Au début, Shizuka est confus et perdu. Lui? Se battre? Mais vous l'avez-vu, avec sa faiblesse évidante et sa timidité poussée à l'extrême? Non, Shizuka n'allait jamais gagné. C'était foutu pour lui. Enfin, ça aurait pu, si Shizuka n'était pas étrange.

Lors de ton premier combat, Shizuka arriva, Dieu sait comment, à gagner. C'eût été très dur, mais au bout d'un certain moment, désespéré comme il était, il fit comme on lui avait conseillé; souffler dans son tube à bulles. C'était ridicule, vraiment. Mais lorsque Shizuka a soufflé, la plus grosse des bulles s'était attaqué à une des sphères de son adversaire. Et la sphère s'était brisée. Shizuka eut beaucoup de mal à comprendre ce qu'il s'était passé, mais au bout d'un nombre incalculable d'essais, finalement, les trois sphères ennemies se brisèrent. Ils donnèrent un nom à son « pouvoir », le Compressing Killer. Et c'était considéré comme puissant, vraiment. Mais comme Shizuka n'est pas précis dans ses mouvements, et que de toute façon, tout grand pouvoir vient avec des faiblesses, ils déclarèrent que ses bulles n'avaient que vingt pour-vent de chance de toucher du premier coup. En plus de ça, Shizuka n'est pas très chanceux. Mais il faut bien pouvoir vivre sa vie, alors Shizuka continua à profiter de cette capacité. Sauf que manque de bol, cette école est remplie de gens aussi étranges que lui. Alors Shizuka se bat parce que sinon, il va continuer à ennuyer Ryu et ça, il ne veut pas.



BLEU: RÊVE, SAGESSE, SÉRÉNITÉ
physique



Shizuka est presque banal. Shizuka n'aime pas se faire remarquer alors il ne se fait pas remarquer. Shizuka porte l'uniforme du lycée Mikagura. Shizuka ne l'a pas personnalisé pour passer plus visible, Shizuka se fond facilement dans la masse d'autres élèves de l'école. Pourtant Shizuka est facilement remarquable avec ses cheveux bleu ciel, il ne les aime pas, mais ses parents ne le laissent pas se teindre les cheveux. Shizuka a de grand yeux bleus inexpressifs, mais on voit facilement quand est-ce qu'il va pleurer. Shizuka est plutôt petit, il fait 1m68, ce qui est plus bas que la moyenne japonaise. Shizuka se fait facilement remarquer entre beaucoup de filles puisqu'il est plus grand, ce qu'il n'aime pas beaucoup. Shizuka ne se tient jamais droit pourtant, alors même s'il fait normalement 1m68, il perd facilement deux centimètres, ce qui l'incruste encore plus facilement dans la foule. Même si vous connaissez Shizuka, vous ne le reconnaîtrez pas à moins de le chercher, parce que c'est ce qu'il veut. Shizuka est maigre, avec ses 57 kilogrammes,  il n'est pas endurant et n'a pas besoin de beaucoup manger, il est juste un peu musclé parce que Shizuka escalade beaucoup, il aime prendre des raccourcis que peu de gens prennent. Shizuka a des traits féminin, il peut passer pour une fille si on y met assez de coeur. Le visage de Shizuka est assez apprécié des filles même s'il n'aime pas ça. Son visage est pâle, Shizuka ne sort presque jamais et encore moins pour bronzer, il n'aime pas ça, et aime la signification de pureté pour les peaux blanches, en plus d'être sensible au soleil.

Shizuka porte des vêtements des plus banal. Déjà parce que la plupart du temps, c'est l'uniforme du lycée qu'il porte. Puisque de toute façon Shizuka ne s'autorise pas à sortir seul, il n'y voit pas un réel intérêt, sauf quand il s'agit d'aller faire des courses ou d'aller à la bibliothèque. Ainsi, Shizuka ne porte que très rarement des vêtements pour le quotidien. Et lorsque c'est le cas, Shizuka ne porte jamais de vêtements que l'on peut remarquer, tel que des couleurs fluo. La plupart du temps, Shizuka porte du blanc avec une teinte de bleu, que ce soit en portant un portant un t-shirt à manche bleues où un motif blanc sur t-shirt bleu — Shizuka porte toujours une touche de bleue quelque part, et si elle n'y est pas, c'est parce que sa montre et ses tennis le sont déjà. Shizuka n'est pas non plus une fashion victim, mais il prend soin d'accorder les couleurs ensemble. Ainsi, avec un jean bleu foncé, ce sera toujours du blanc et de bleu ciel, parce que Shizuka aime le bleu.  



NEVER COMPLAIN, NEVER EXPLAIN. RESIST THE TEMPTATION.  
mental



Shizuka est passif, c'est la première chose qu'on remarque chez lui. Shizuka rêvasse, Shizuka réfléchit, et pourtant jamais Shizuka ne partage un avis, jamais Shizuka ne lève la voix pour dire quoique soit. Très peu de gens savent que Shizuka parle, que sa voix existe, mais Shizuka a un peu oublié comment prononcer certains mots, comment former de belles phrases, comment avoir une voix très assurée. Shizuka est petit, personne ne remarque Shizuka et c'est bien ce qu'il veut. Shizuka n'aime pas qu'on le remarque, Shizuka n'aime pas être le centre d'attention parce que sinon, il doit discuter, et Shizuka n'est pas très doué en discussion.  Shizuka prend beaucoup de temps à faire ses phrases, il n'est pas très charismatique parce qu'il parle comme un enfant de cinq ans. Shizuka est émotif mais cache ses émotions parce que personne ne l'écoute. Shizuka connaît la peur, la joie, la tristesse, la colère, mais jamais il ne vous dira qu'il l'a connu. Shizuka n'aime pas parler de lui, Shizuka veut que vous parlez de vous, parce que Shizuka veut que vous soyez heureux en étant le centre d'attention. Shizuka est gentil, trop gentil, il se laisse facilement emporter par sa gentillesse et devient un vrai toutou. Shizuka est naïf, il ne s'y connaît pas trop en quoique soit alors il croira tout ce que vous lui direz et il sera impressionné. Parce que Shizuka est impressionnable, la vie possède un océan de choses à découvrir et même les plus affreuses sont impressionnantes et toutes aussi passionnantes.

Mais Shizuka est triste, Shizuka est déprimé, parce que tout le monde l'ignore. Shizuka n'a pas de confident, Shizuka sera votre confident. Shizuka ressent toute la tristesse du monde et il le sait, mais vous ne le savez pas. Shizuka est trop insignifiant pour qu'on le remarque, et Shizuka l'a bien compris. Shizuka pleure facilement quand il est seul. Shizuka possède une chambre chaotique parce que Shizuka pense que casser des objets l'aidera à se calmer. Shizuka veut qu'on l'écoute, mais il ne veut pas passer pour quelqu'un de prétentieux. Mais Shizuka aime quand on le remarque, il ne le dit pas, mais Shizuka aime quand on s'inquiète pour lui, parce que c'est une preuve d'amour. Mais Shizuka est persuadé que vous le détestez, Shizuka a peur d'imposer sa présence, Shizuka a peur de passer pour quelqu'un de détestable en discutant de ses faiblesses. Shizuka pense qu'il est détestable. Shizuka essaye de s'affirmer quand il est proche de quelqu'un. Mais Shizuka ne dit jamais ce qu'il pense. Shizuka ne peut pas s'affirmer, parce que Shizuka ne se voit pas comme il devrait se voir. Shizuka a peur. Shizuka est atteint de phobie sociale.

Shizuka aime des tas des choses, Shizuka préfère les chiens au chat. Shizuka aime les milkshake. Shizuka aime se perdre dans les nuages. Shizuka aime s'inventer des scénarios dans la tête. Shizuka aime dessiner sur ses cahiers de cours, mais il ne dessine pas très bien. Shizuka aime le sport, mais Shizuka n'est pas très endurant. Shizuka aime les séries policières, mais Shizuka n'est pas très intelligent. Shizuka aime les jeux vidéo. Shizuka aime les gens. Shizuka aime la couleur bleue, parce qu'elle signifie la sérénité. Shizuka aime les livres, parce qu'il aime les mots employés dedans. Shizuka aime la science, il aimerait bien faire scientifique, mais Shizuka est trop stupide pour cela. Shizuka aime les lucioles mais n'en a jamais vu de sa vie. Shizuka aime les personnes sûres d'elles, parce qu'il ne l'est pas.

Mais Shizuka n'aime pas plein de choses aussi. Shizuka n'aime pas les légumes verts. Shizuka n'aime pas les gros animaux. Shizuka n'aime pas être entourés de plein de choses. Shizuka n'aime pas  les choses qui font peur. Shizuka sursaute facilement. Shizuka n'aime pas l'impolitesse, mais il n'aime pas quand on est trop poli non plus, mais Shizuka est très poli. Shizuka n'aime pas les personnes arrogantes, mais Shizuka parle de lui à la troisième personne. Shizuka n'aime pas les gens ayant beaucoup de talents, il les envie. Shizuka n'aime pas les gens qui se rabaissent. Shizuka n'aime pas être forcé à aller à des conventions sociales. Shizuka n'aime pas être appelé sur le téléphone, alors Shizuka n'a pas de téléphone. Shizuka n'aime pas les gens trop curieux, il n'aime pas parler de lui. Mais ce que Shizuka déteste par dessus tout, c'est Shizuka.




behind the screen



▬ Pseudo: Rocky-BL
▬ Âge: 13 ans
▬ Genre: Neutre
▬ Comment as-tu découvert le forum? Vas-y la fonda c'est ma poto
▬ Tu le trouves comment?  (y)
▬ Doubles comptes: DIEU
▬ Avatar/Faceclaim:  Kuroko Tetsuya - Kuroko no Basket
▬ Code: *nomnom le code étout*
▬ Autres:  imizu asuhi. (c'est la dernière fois que j'écris une fiche de cette façon)  


(c) MEI SUR APPLE SPRING

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nagayone Asano
Larbin dévoué
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 20
Localisation : Toujours sur le sol après une opération commando suicide

MessageSujet: Re: it's not like they care. ••• kiyomori shizuka   Jeu 28 Aoû - 20:30

Bienvenue à toi dirigeant Shizuka!

Bon donc pas grand chose à redire, tes modifications sont parfaites et c'est cool. (Shizuka me rend triste)
donc je te valide et tout! A toi la fiche relation et t'es la première validation donc palletas sur toi o/

_________________
#009966 ||MERCI ERUNA KOUHAI POUR CET AVA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://munymun.tumblr.com/
 
it's not like they care. ••• kiyomori shizuka
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 03. We don't care about our bad intentions
» i'll take care of you + (pétronille)
» Astrid ▽ I love gossip and I don't really care about the environment.
» I love gossip and I don't really care about the environment.
» Les ONG, instruments des gouvernements et des transnationales ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mikagura School Suite RPG ::  :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: